Les projets du pôle ingénieurs

Parmi les projets menés par le pôle ingénierie :

PINOBO

Développement d’une tête robotique low-cost, à visée éducative ainsi que pour les projets de recherche de l’équipe Neurocybernétique, à fin de démontrer grâce à l’IA, la possibilité de faire des robots économiques à faible consommation.

Publication d’un article pour “Living Machines 2018”.


La page du projet.

Robot Pinobon

Réalisé par : Arnaud Blanchard – Djamel Mebarki – Zinedine Galouz

Hardfields

Implémentation de simulation de champs de neurones dynamiques et de filtres de traitements d’image.

Réalisé par : Lionel Faurlini – Arnaud Blanchard

RETIN texte/image, RETIN vidéo

Implémentation d’une interface de recherche de type Elasticsearch sur le moteur d’indexation et de recherche par le contenu RETIN.

Réalisation : Boris Borzic ; Elmahdi Sadouni ; Michel Jordan ; David Picard, équipe MIDI ; Hedi Tabia, équipe MIDI

Partenariat avec l’Institut des humanités numériques (IDHN) de CY Cergy Paris Université

  • #IDEO2017, analyse de tweets de campagnes d’élections politiques :
    Le projet Idéo2017, financé par la Fondation UCP, associe des chercheurs du laboratoire AGORA (EA 7392) de l’Université de Cergy-Pontoise et du laboratoire ETIS. C’est une plateforme d’analyse des tweets politiques lors de campagnes politiques. L’analyse des ces données textuelles offre des informations riches et variées sur leurs discours. Cet outil s’appuie sur la méthodologie de constitution de corpus élaborée dans un précédent projet (corpus Polititweets) et l’implémentation d’outils de statistique textuelle et de visualisation de données. En parallèle, les analyses produites par les chercheurs sur des cas concrets sont mises en ligne sur la plateforme dans la rubrique “Analyses”.

  • PatrimEph, patrimonialisation des éphémères :
    Financé par la Fondation des Sciences du Patrimoine (Labex Patrima), ce projet associe des chercheurs du laboratoire AGORA (EA 7392) de l’Université de Cergy-Pontoise et du laboratoire ETIS.PatrimEph propose d’interroger la place des « éphémères » dans notre patrimoine, à partir d’une définition provisoirement par défaut : ni livres, ni périodiques, les éphémères se présentent sous des formes et des dénominations variées : du pamphlet au tweet en passant par le tract ou l’affiche… Autant de traces, graphiques, imprimées ou numériques, éventuellement illustrées, attachées aux circonstances historiques qui les font naître, et suscitant pourtant des pratiques aléatoires ou méthodiques, individuelles ou collectives de patrimonialisation. PatrimEph entend confronter les points de vue des conservateurs et des chercheurs, mais aussi de trois disciplines (études littéraires, histoire, histoire de l’art) sur des objets fragiles et complexes, à la croisée de la littérature, des arts et de la politique, mais aussi d’une histoire de l’événement et du quotidien. L’étude de leur changement de statut sur une période longue (XVIIIe-XXIe), voudrait attirer l’attention sur le caractère relatif de la notion même de patrimoine et interroger les choix et les dispositifs à travers lesquels se construit notre histoire culturelle. ETIS est responsable d’un moteur de recherche texte/image sur les tweets du compte GallicaBNF en identifiant les comptes influents autour de l’écosystème « éphémère » à partir de la Théorie des Graphes.

  • Testaments de Poilus :
    Le projet Testaments de Poilus, financé par la Fondation des Sciences du Patrimoine (Labex Patrima) et soutenu par la Mission du Centenaire de la Première guerre mondiale, associe des chercheurs du laboratoire AGORA (EA 7392) de l’Université de Cergy-Pontoise et du laboratoire ETIS. Il s’agit d’une plateforme de transcription collaborative au service du patrimoine manuscrit. A la suite de l’édition en ligne de 134 de des testaments de Poilus morts pour la France lors de la Première guerre mondiale menée par l’École des chartes, la plateforme des Testaments de Poilus a été mise en ligne le 30 janvier 2018. Elle permet d’accéder aux images numérisées des testaments de poilus ,de transcrire le texte des testaments, d’encoder ses transcriptions à l’aide de balises XML/TEI, d’enrichir les notices biographiques et historiques sur les poilus, les lieux et les régiments. Réalisée sous licence libre, la plateforme est adaptable à d’autres corpus.

  • PRADA : Projet de Recherche en Attribution D’Auteur
    Le projet PRADA s’inscrit dans le cadre de l’entreprise éditoriale visant à éditer l’intégrale de l’œuvre critique de Barbey d’Aurevilly. L’objectif de l’édition en cours étant d’offrir un recensement sinon exhaustif du moins le plus complet possible des articles composés par Barbey d’Aurevilly tout au long de sa carrière de journaliste, ce projet vise à progresser dans l’identification des articles que le critique n’a pas signés de son nom.

Réalisation : Boris Borzic – Abdulhafiz Alkhouli – Nicole Cholewka – Michel Jordan – Claudia Marinica (équipe MIDI)