News

Félicitations à Camille Simon Chane ! 

Camille Simon Chane a reçu le Prix « Des Femmes et des Sciences » 2023 de CY Alliance dans la catégorie jeune enseignante-chercheuse.

Pour la 7e année consécutive, CY Alliance organise le concours “Des Femmes et des Sciences” afin de mettre à l’honneur de jeunes femmes scientifiques d’excellence travaillant au sein des établissements de CY Alliance, pour promouvoir les femmes en sciences. La catégorie jeune enseignante-chercheuse ou chercheuse est destinée aux femmes ayant moins de 40 ans, effectuant ses recherches en sciences dans l’un des laboratoires de recherche de CY Alliance. Et cette année, le jury a décidé d’honorer notre collègue Camille Simon-Chane, maîtresse de conférences en Électronique et biosciences, École nationale supérieure de l’Électronique et de ses Applications (ENSEA), laboratoire ETIS.

7ème Prix des femmes et des sciences
7ème Prix des femmes et des sciences

« Il y a une petite ironie pour moi de recevoir ce prix à ce moment précis de ma vie. J’ai grandi bercée par un féminisme de type “women can have it all”. Mon modèle c’était WonderWoman, un bébé au sein un ordinateur à la main. Il m’a fallu beaucoup de temps pour me rendre compte de la violence de cette injonction qui me paraissait si libératrice. On ne peut pas tout avoir tout le temps. En tant que femme chercheuse on fait constamment des choix difficiles et ces choix sont encore plus difficiles quand la maternité s’en mêle.

Je pense

– aux femmes qui choisissent d’avoir un enfant pendant leur thèse et à celles qui repoussent en attentant une stabilité professionnelle.

– à celles qui prennent leur mercredi pour s’occuper de leur enfant et à celles qui travaillent les mercredis.

– à celles qui passent leur doctorat ou HDR enceintes jusqu’aux yeux en ayant supplié leur médecin de ne pas les mettre en arrêt.

– à celles qui mettent leur vie personnelle de côté pendant leur thèse, et ne la retrouvent passée la soutenance.

– à la culpabilité de celles qui prennent réellement leur congé maternité et ont l’impression d’abandonner leurs doctorants. Elles sont très rares les femmes enseignantes chercheuses, qui cessent d’encadrer leurs doctorants et de relire des papiers en congé mat. Souvent, si elles en arrivent à ce point c’est à cause d’un souci de santé. Pourtant, n’aurions-nous pas toutes le droit à trois petits mois de pause quand on vient de mettre un enfant au monde. Quel poids d’avoir toujours une todo list professionnel avec un nouveau-né à la maison.

– à celles qui partent en conférence avec leur bébé et leur mère (à leurs frais personnelles) et à celles qui ne partent pas en conférence tant que leurs enfants sont petits.

Pourtant si on fait tout ça, c’est pour concilier deux belles choses : la maternité et la science.

Je pense aussi à celles qui n’ont pas d’enfant.

Pour toutes ces raisons, et toutes les autres que je n’ai pas cité : félicitations à toutes les femmes en sciences, quel que soit leur choix.

Other news

Researchers from the MIDI team ETIS will present their work in the ICDE 2024 conference. Why-Not Explainable Graph …

À l’occasion du symposium “IA et Santé mentale” de l’université de Caen, Ghilès Mostafaoui a présenté ses travaux …

On 8 March 2024, many poppies grew in the ETIS laboratory. Fortunately, this is not a novelty, but …

L’analyse des discours socialement inacceptables (Social Unacceptable Discourse – SUD) est un sujet très important en sociologie et …